I Feel Good

Et toi maman est-ce que tu t’aimes ?

Et toi maman est-ce que tu t’aimes ?

Comme tous les parents du monde, je partage avec mes enfants un rituel, un genre de porte-bonheur.

Notre porte-bonheur à nous c’est une petite phrase que nous nous répétons chaque jour sans exception : « je t’aime de tout mon cœur, pour toute la vie »

Il y a quelques mois en couchant ma petite princesse nous nous répétions cette phrase lorsqu’elle me dis « maman tu sais que je t’aime vraiment de toutes mes forces » ?

Je l’ai serré fort dans mes bras en lui disant que j’avais vraiment beaucoup de chance qu’elle m’aime si fort et puis je l’ai regardé et je lui ai demandé si elle s’aimait elle aussi.

Du haut de ses 6 ans cette question l’a déstabilisée. Elle m’a demandé ce que c’était s’aimer soi-même.

Je lui ai alors parlé de l’importance de s’aimer, d’être fier de la personne que l’on était. De ne pas être dépendant de l’amour des autres pour se construire.

Que si une personne ne nous aimait pas cela ne devait pas avoir d’impact sur l’amour que nous avions de nous-même.

Qu’elle était une belle personne, drôle, intelligente et qu’elle devait s’aimer pour tout cela.

J’ai l’impression que cette discussion a résonné dans sa tête.

Alors elle s’est redressé, m’a regardé dans les yeux et m’a demandé « et toi maman est-ce que tu t’aimes ? »

Et là j’ai ressenti le même sentiment qu’elle quelques minutes plus tôt.

Je ne savais pas quoi répondre à cette question qui semble si simple. Si simple et pourtant…

Peu de gens le savent dans mon entourage mais depuis toute petite j’ai développé une certaine indifférence envers moi-même.

Je ne n’aime pas. Je ne me déteste pas non plus. Je suis-là, je me tolère.

Moi qui passe mon temps à dire qu’on ne vit qu’une fois je me rends compte que je suis passé à côté de moi pendant toutes ces années.

Tout en m’ignorant gentiment j’ai appris à connaitre les autres, à les aimer avec bienveillance mais je n’ai pas pris le temps de faire la même chose pour moi.

Je ne me suis jamais aimé. Surement parce que l’on ne me l’a pas appris. Et aujourd’hui à 33 ans, je le sais, s’aimer ça s’apprend. Et vous savez quoi, j’ai envie d’apprendre à m’aimer.

Depuis cette discussion je me suis fait une promesse : pouvoir répondre à cette question en regardant ma fille sans avoir de larmes dans les yeux.

Je me dois bien ça non ?

Mais concrètement comment on fait pour apprendre à s’aimer ? Est-ce qu’il y a un mode d’emploi, un process à suivre ?

Je n’ai pas encore la réponse à ces questions et j’ai décidé que ça serait mon nouvel objectif : apprendre à m’aimer un peu plus tous les jours.

Alors depuis quelques temps j’ai commencé à travailler sur moi avec des choses assez simple et vous savez quoi ça fonctionne déjà :

* Accepter les compliments (sans penser qu’on se moque de moi, un vrai challenge !)

* Trouver mes qualités (c’est pas évident je vous promet…)

* Essayer de ne plus me dévaloriser constamment

* Accepter de ne pas être parfaite – la perfection n’existe pas et ça évite la déception constante !

 

Voilà, j’avais envie de partager ça avec vous. De vous dire que je vais travailler sur ça.

Je pense que cela va resonner chez certaines personnes alors n’hésitez pas à commenter, ça nous permettra d’avancer ensemble.

++

Claire

Leave a Comment

Your email address will not be published.

You may also like

Most Popular